Jêrome     diock

Jeune peintre prodige issu de l'école Nationale des Beaux Arts de Dakar, Jérome Diock puise son style inimitable dans un hommage quotidien à son père qui fut un grand vannier mais aussi aux tisserands sénégalais. Sérère d'origine et de coeur, s'intéressant profondement à la culture africaine, il est fasciné par la symbolique du pagne dans les sociétés tribales, par son essentialité, lors de la naissance d'un enfant par exemple.
Mêlant peinture, découpages, tissage et collage, son oeuvre est impressionnante de minutie, de couleurs entremélées et de technique. S'inspirant des confections de pagnes tissés, symboles très forts des sociétés africaines et plus précisément de l'ethnie Manjaque vivant au sud du Sénégal et en Guinée Bissau, Jérome Diock sublime sa peinture au travers de ce "seur Ndiago", nom commun du pagne tissé au Sénégal. Modernisant ses motifs, entrelaçant courbes et lignes, il incorpore à ces patterns complexes des éléments figuratifs traditionnels des sociétés africaines. Si le pagne est un atour utilisé lors de cérémonies (mariage, baptême, funérailles...), il y fait référence non seulement dans la technique de confections de ses tableaux, mais aussi dans les figures et scènes de vie qu'ils y représentent.
Plus qu'un peintre, Jérome Diokh est donc aussi un artisan. Il est vrai que cette barrière entre Art et artisanat vient plutôt de l'occident. En Afrique, l'Art n'est pas seulement décoratif ou contemplatif, il a aux origines une utilité pratique, spirituelle ou sociale.
C'est donc un savant mélange d'habileté et de symboles qui émerveillent à la fois vos yeux et vos esprits, qui transparait dans les oeuvres de Diok. Vous y verrez aussi des ponts entre tradition et modernité, entre Art et artisanat, entre couleurs chaudes et couleurs froides. Ses tableaux fascinent. Leur complexité est une invitation à s'y plonger longuement. Vous serez peut être surpris d'ailleurs d'être en proie à des sortes d'effets d'optiques. Il y a quelque chose de surnaturel, de mystique dans ses oeuvres.
Jérome Diock à été exposé à la biennale de Dakar 2014 et 2018, ses oeuvres se vendent à l'internationale (Galerie Krivy, Nice) et ont obtenues de nombreux prix (comme à l'International Art's Master de Monaco par exemple).

DSC00861.JPG
DSC00862.JPG